Les tomates de la honte !!

Posté par Anne-Sophie 9 Commentaires le 31 août 2011

J’ai littéralement bondi de ma chaise ce soir en tombant sur cette info et j’ai ressenti beaucoup de colère ensuite. Alors que des millions de gens crient famine actuellement dans la corne de l’Afrique, 40.000 jeunes ont participé ce matin à Buñol (vers Valence), à une bataille géante de tomates.

Tomatina (AFP GERMAN GARCIA)

(AFP GERMAN GARCIA)

Ainsi que l’explique le journal Sud-Ouest, la tomatina est une tradition vieille de 67 ans: elle consiste à s’asperger de tomates…tout en étant imbibé de sangria. La plaisanterie coûte 100.000 euros à la municipalité, « dont 30.000 pour l’achat des tomates » précise Sud-Ouest.

(Heino Kalis/Reuters)

Tomatina (Heino Kalis/Reuters)

Avec une telle somme, et d’après les affirmations de l’UNICEF, plus de 3000 enfants pourraient recevoir des sachets de Plumpy Nut®. Si je prends les chiffres avancés par Action contre la faim, 100 000 euros permettraient à 11 111 personnes d’obtenir une ration alimentaire de riz, huile et lentilles pendant 1 mois… ou de sauver 2631 enfants de malnutrition aigüe sévère.

Sans être fleur bleue et parce que notre monde tourne ainsi depuis la nuit des temps, avouez tout de même qu’il y a là quelque chose de révoltant non ?? Un tel gâchis, avec des tomates qui en plus ont du être cultivées hors sol dans les 35 000 hectares de serres de la région d’Almeria par la main d’oeuvre marocaine sous-payée et probablement clandestine…

J’sais pas pour vous mais moi, ça m’dégoutte.

Categories: Eco-choc


9 réponses

  1. Lilo dit :

    Du gaspillage, il y a toujours et encore, dans les restaurants, les hypermarchés, sauf que là, c’est clairement affiché. On achète de la nourriture pour jouer, batailler avec, puis la jeter. Choquant oui.

  2. aw38 dit :

    40.000 jeunes, c’est énorme! Ne rêvons pas: malgré les discours et les (petits) actes, l’heure n’est pas du tout à la sobriété écologique, bien au contraire. Tant qu’il n’y aura pas de choc ou de contrainte (la pédagogie, c’est gentil mais efficace pour une minorité), les excès continueront. Quoiqu’il en soit, ces photos me choquent aussi.

  3. Anne dit :

    C’est clair: ça met en colère. Ces jets de nourriture, on a déjà vu ça aussi sur certains plateaux télés (Canal + je crois, M6)… Révoltant. Comme divertissement chez des gens: bataille de nourriture… qu’on voit aussi dans des séries télé… Que fait le CSA… ? Il élit les candidats de Secret Story…
    Société du gaspillage: à la maison, on jette, les supermarchés jettent, les cantines…

  4. En tant que très grand amateur de tomates, je trouve ça honteux et fou. Comme tu le dis, c’est du gaspillage. La civilisation occidentale est celle de la folie et de la gabegie. Les équivalences chiffrées parlent sans doute plus au grand public, rapport à la malnutrition dans les pays du sud.
    Et si on fondait une société du réemploi ?

  5. Julien dit :

    Effectivement, le gaspillage est spectaculaire. Mais il serait intéressant de revenir à l’origine de cette tradition pour mieux la comprendre. Peut-être qu’au début il ne s’agissait que d’une tradition villageoise, concernant quelques centaines de personnes et épuisant les tomates pourries en fin de saison. A l’heure où les mass media et la société de surconsommation n’existaient pas encore.
    Dans le même thème, une autre fête surprenante : au Salvador, on se jette des… boules de feu !
    http://www.grumo.fr/decouverte/la-bataille-de-boules-de-feu-au-salvador

  6. zoupic dit :

    et burning man ils ne devraient pas brûler le monsieur à la fin, mais envoyer le bois à je ne sais quel endroit de la planète où ils manquent de bois?

    C’est une tradition.
    Ca peut faire un choc quand on voit les antagonismes avec une autre réalité, mais nous n’allons pas arrêter le 14 juillet et économiser l’argent pour l’envoyer à ceux qui en ont besoin?

    Cela fait partie d’un rite, avec une histoire, qui représente une symbolique.

    Il y a bien d’autres endroits honteux où l’on jette, gaspille la nourriture qui ne font pas partie d’une tradition..

    Ce ne sont pas ces espagnols qui doivent arrêter leur tradition (quelle qu’elle soit) pour régler les problèmes de l’Afrique..

    La honte est beaucoup plus globale est générale: quand nous atteignons des taux d’obésité, d’insatisfaction, de maladie et de dépenses de santé en occident qui sont exorbitants et qui nous rendent malades alors que d’autres sont toujours en sous/mal nutrition.

    Tout le marché des commodities, donc du capitalisme prédateur qui parie sur les hausses et baisses des matières premières en valeurs refuges parce que le pétrole et l’or dévissent, et qui, par effet d’interconnexion provoquent des émeutes de la faim, ça c’est égoïste, criminel et honteux.

    « Avec 30 000€ d’achat de tomates, tu peux nourrir x enfants ». Pourquoi ne pas aller prendre ces 30 000€ à ceux qui font du greenwashing, de la comm, du sponsoring tout terrain, plutôt qu’à des gens qui s’amusent et célèbrent une tradition?

    Se ruer sur un festival qui a le malheur d’utiliser un aliment au même moment que d’autres meurent de faim.. hmmouais. Je ne leur jetterai pas la première… tomate!

    • SoAnn dit :

      Hello Etienne et merci pour ton commentaire :)
      Je sais bien que c’est une tradition, mais j’avoue que c’est le choc des images qui dérange surtout… Un tel gâchis alors qu’en même temps des enfants meurent de faim, j’y peux rien perso ça me dégoûte. Il s’agit de respect, de décence: que l’on ne vienne pas s’étonner, maintenant que le monde est ultra connecté, que les sentiments d’injustice croissent… Pour avoir étudié pendant ma thèse les ressorts du terrorisme, on sait à quel point cela a de l’impact.
      Alors oui le monde tourne ainsi et certaines traditions sont là, mais entre nous, quand les traditions sont dépassées, on peut les oublier je crois :) Certaines traditions ont disparu car elles juraient par les temps modernes… devions nous continuer à pratiquer le lancer de nains par exemple ?
      Et certes, nous pouvons demander de l’argent à d’autres, mais tu sais bien que le charity business reste aussi du business… à l’heure où nous prônons le bottom-up, il est bon aussi que les citoyens montrent l’exemple…
      Enfin, je ne me suis pas « ruée » sur ce festival, cela fait suffisamment longtemps que je blogue, tu le sais, pour ne pas avoir à me ruer là-dessus. J’ignorais la pratique du lancer de tomate jusqu’à maintenant et le traitement médiatique m’a vraiment surprise…
      Bien à toi,

      Anne-Sophie

  7. zoupic dit :

    J’avais fait tout un zoli zentil commentaire qui s’est perdu dans l’hyperespace du web :(


  • RSS
  • Delicious
  • Digg
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Youtube

Les articles par mail

Articles populaires

Les écologistes év

Les résultats viennent de tomber, et je ne vous cache ...

Pourquoi je raffole

C'est un petit concept qui m'est apparu hier après-midi durant ...

C'est maintenant le

Petite, je n'ai jamais beaucoup joué à la poupée. Plus ...

Et vos coursiers, vo

Personnellement, j'ai une réponse : très fermes...;-) De quoi vanter ...

Les tomates de la ho

J'ai littéralement bondi de ma chaise ce soir en tombant ...

Mes autres projets

  • Ecolo-Info
  • Locavore\'Spirit